Le ministre Lessard s’apprête à prendre une entente avec Uber qui exclut Revenu Québec

Québec, le 2 septembre 2016 —Alors que le gouvernement s’est toujours engagé auprès de l’industrie du taxi à ne pas créer de projet pilote avec Uber sans que la multinationale n’ait pris d’entente préalable avec Revenu Québec pour les taxes et impôts impayés depuis deux ans, le Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ) apprend par le cabinet du ministre des Transports que l’attribution d’un projet pilote n’est plus conditionnelle à la conformité fiscale.

 

« Comment se fait-il que le moindre petit fournisseur doive montrer qu’il est en règle avec le fisc pour soumissionner sur un contrat gouvernemental et que Uber, avec ses milliards de dollars, est capable de se tailler un projet pilote sur mesure sans qu’une entente avec Revenu Québec soit préalable ? » se demande Abdallah Homsy, porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ). « On dirait qu’il y a vraiment deux classes de citoyens au Québec. Les gens ordinaires qui n’ont aucun passe-droit, qui doivent payer chaque sou d’impôt, et les multinationales devant qui les gouvernements semblent prêts s’agenouiller. »

 

Lors des derniers échanges que le RITQ a eus avec le cabinet du ministre des Transports, il a été affirmé que toute entente d’Uber avec le MTQ dorénavant n’impliquait plus Revenu Québec.

 

Un blitz de négociations

De plus, le RITQ apprend que le personnel politique du ministre Lessard effectuera un blitz de négociations pendant tout le long weekend de la fête du Travail, afin de trouver une façon d’accommoder Uber.

 

« Uber avait 90 jours pour trouver une entente avec le gouvernement, précise monsieur Homsy. La multinationale s’est entêtée avec des propositions risibles tel un frais de 45 cents par course pour compenser la perte de valeur des permis de taxi. Et pour répondre à cette arrogance, que fait le gouvernement? Il supplie la multinationale de travailler avec lui. Je tiens à rappeler au public qu’Uber avait promis en commission parlementaire de suspendre ses activités si des négociations avaient lieu pour élaborer un projet pilote. Ces négociations ont débuté le 10 juin et Uber n’a jamais respecté sa parole. Pourquoi le ministre respecte-t-il des gens qui clairement n’ont aucun respect pour l’État du Québec ? »

 

À propos du RITQ

Le RITQ représente les grandes organisations de taxi de la région de Québec : Taxi Coop 525-5191, Taxi Ste-Foy, Taxi Beauport, Taxi Charlesbourg, Taxi Val-Bélair et Taxi Laurier. Ensemble, ces entreprises représentent 95 % des permis de taxi de la capitale, près 600 voitures et plus 1200 chauffeurs.

– 30 –

 

Source : RITQ

Contact :

Félix Tremblay
Pragmatique Communication
418-559-2223
felix@pragmatique.ca

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *