La famille de Thomas Livernoche-Massicotte est très reconnaissante pour tous les témoignages et toute l’aide

Trois-Rivières, le 16 janvier 2018 – Depuis la mort tragique de Thomas Livernoche-Massicotte, le 2 janvier 2018, ses parents et ses proches sont absolument bouleversés par cette perte déchirante. La famille tient malgré tout à remercier toutes les personnes et organisations qui lui sont venues en aide, d’une manière ou d’une autre.

« C’est un événement extrêmement triste pour nous, » expliquent les parents de Thomas. « Il nous faudra des mois sinon des années pour nous rebâtir. Le deuil de notre petit garçon, nous le vivons au quotidien et les émotions se bousculent. Pour le moment, nous nous concentrons sur notre deuil et le souvenir de notre fils. »

La famille et les proches de Thomas Livernoche-Massicotte tiennent à remercier profondément les pompiers, policiers et ambulanciers dépêchés sur les lieux du drame, l’enquêteur Carl-Olivier Dubé, tous les voisins qui leur ont porté secours, dont la famille Zappia qui les a accueillis chez eux pour leur donner les premiers soins. Ils veulent aussi signifier leur profonde reconnaissance au personnel soignant et à tous les intervenants du CIUSS-MCQ-CHAUR. Enfin, ils sont particulièrement touchés par la générosité des personnes et entreprises qui leur ont offert du soutien moral, des biens ou des dons monétaires dans le cadre de la campagne Gofundme. Ils seront éternellement reconnaissants de toutes ces marques d’affection à leur égard et à l’égard des familles Livernoche et Massicotte pendant cette période particulièrement difficile.

Les funérailles et les médias

La famille accueillera parents et amis au Complexe Funéraire J.D. Garneau le jeudi 25 janvier, de 14 h à 17 h et de 19 h à 22 h, et le vendredi 26 janvier, jour des funérailles, à compter de 9 h. Le service religieux aura lieu à 10 h à l’église Saint-Lazare.

« Il ne fait aucun doute qu’il s’agira d’un moment extrêmement douloureux pour nous, » ajoutent les parents de Thomas Livernoche-Massicotte. « Nous sommes bouleversés rien qu’à y penser. C’est pourquoi, lors des funérailles, nous demandons un minimum de respect aux membres de la presse et aux curieux. Pour un parent, perdre un enfant est peut-être la plus grande peine que l’on puisse subir, indépendamment des circonstances qui mènent à cette perte. » Aucun média ne sera toléré dans les locaux du complexe funéraire.

– 30 –

Source :    Complexe Funéraire J.D. Garneau

Contact :           Félix Tremblay

felix@pragmatique.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *